Niki de Saint Phalle a laissé derrière elle une œuvre artistique immense. C’est avec son mari, l’artiste sculpteur Jean Tinguely, qu’elle a réalisé un grand nombre de sculptures-architectures. Le couple a réalisé ensemble en France, la fontaine Stravinsky sur commande d’État à Niki, et Le Cyclop, création de Jean, sans permis de construire.

Le travail de sculpture de Niki de Saint Phalle est mondialement reconnu. Dès 1966, elle a collaboré avec les artistes Jean Tinguely (qui deviendra son époux) et Per Olof Ultvedt dans le cadre de l’élaboration d’une installation de sculptures à grande échelle, « hon-en katedral », traduction  « Elle est une cathédrale », pour le Moderna Museet à Stockholm en Suède. L’œuvre suscita une réaction immense de la part du public à travers les magazines et journaux  du monde entier. La qualité de l’interactif « hon » combiné avec la fascination constante pour les types d’architecture fantastiques, contribue à renforcer la détermination de Saint Phalle à voir ses propres rêves architecturaux réalisés. Lors de la construction de la « hon-en katedral, » elle rencontre l’artiste suisse Rico Weber, qui deviendra un assistant et collaborateur important à la fois pour Niki Saint Phalle et Jean Tinguely.

Fortement influencée par le Parc Güell de Gaudí à Barcelone, le Parco dei Mostri à Bomarzo, ainsi que le Palais Idéal de Ferdinand Cheval, et Watts Towers de Simon Rodia, Niki de Saint Phalle décide de vouloir réaliser une œuvre similaire. Elle veut créer un parc de sculptures monumentales créé par une femme. C’est en 1979, qu’elle fait l’acquisition d’un  terrain en Toscane à Garavicchio à  une centaine de kilomètres au nord-ouest de Rome sur la côte. Le jardin, appelé Giardino dei Tarocchi, contient des sculptures de symboles qui  figurent sur les cartes du Tarot. La réalisation de ce projet exigea de nombreuses années de travail  et un investissement financier considérable avant d’être achevé. Le parc ouvrit finalement ses portes en 1998, après une vingtaine d’années de travail.

Niki de Saint Phalle est partie vivre en Californie en 1994. En 2000, elle est devenue citoyenne d’honneur de la ville d’Hanovre, en Allemagne, et fit don de 300 pièces de son œuvre  au Musée Sprengel. Niki de Saint Phalle s’est éteinte en mai 2002 en Californie, souffrant d’emphysème. Elle a laissé derrière elle une œuvre immense, de peinture, sculptures, reproductions et de réalisatrice. Ses sculptures se sont révélées particulièrement proche du public américain.