La création artistique de Niki de Saint Phalle a une dimension  exceptionnelle. Ses tableaux-cibles et les Tirs invitaient déjà les spectateurs à la participation. Toute sa vie, Niki de Saint Phalle a construit une œuvre ouverte au public. Elle a mis en place un univers personnel et singulier original de toute tendance et mouvement.

Les œuvres monumentales de Niki Saint Phalle sont remarquables. Ses sculptures comme les Nanas-maisons ou Hon sont devenues rapidement grandes,  pénétrables et habitables. L’artiste a également conçu  de nombreuses maisons pour des particuliers en initiant une œuvre à l’échelle de la ville et du jardin. Chez Niki de Saint Phalle, on décèle un désir double : d’une part celui  de dépasser le cadre limité du musée pour s’ouvrir et aller à la rencontre de tous et d’autre part de se confronter à la sculpture monumentale, un univers habituellement réservé aux hommes.

En 1967, elle participe avec Jean Tinguely à l’Exposition universelle de Montréal  et cet évènement représente l’occasion pour elle. Au Pavillon français, ils y présentent Le Paradis fantastique. C’est une représentation combat comique où les machines viriles de Jean Tinguely s’attaquent aux formes colorées de Niki de Saint Phalle. La fontaine Stravinsky à Paris (1983) qui est une commande d’Etat, ou celle de Château-Chinon crée en1987 sont les descendants directs de ce Paradis dont elles reprennent le modèle. L’œuvre impressionne énormément et s’en suit à une importante commande pour un parc de Jérusalem. En 1973, Niki y livre un Golem dont les langues servent de toboggan.

En 1974, Caroline, Charlotte et Sophie, les Nanas sont installées et déclenchent la polémique. Le 24 mars, un tir à la corde géant est organisé entre les pros et les anti-Nanas. Les pros l’emportent. Les sculptures donnent même lieu à la création d’un beignet : le Nananas-Flip. Ces réactions vives enthousiasment l’artiste qui reconnaitra par après: « Je préfère une telle chose à une exposition dans un musée […] ici, je suis en contact avec le grand public. Et le grand public est mon public ». L’artiste a porté de nombreux projets. Certains ne pourront pas se réaliser comme celui d’une Eglise pour toutes les religions. Marquée par le Parc Güell de Gaudí et le Palais idéal du Facteur Cheval, Niki de Saint Phalle se lance dans la construction d’un jardin fantasmé Le Jardin des Tarots à Garavicchio en Toscane où elle réinterprète en sculptures monumentales les arcanes du tarot de Marseille.
———————————-
Pour en savoir plus cliquez ici